Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Pégase Libre

L'univers de Patrick

Marie-Olympe de Gouges

Publié le 27 Mai 2011 par patrick dabard in Mon Panthéon a moi


Marie-Olympe-de-Gouges[1]Marie Gouze, dite Marie-Olympe de Gouges est née à Montauban le 7 mai 1748.

En 1765 (elle a 18 ans) elle se marie avec Louis-Yves Aubry officier de bouche de l’intendant et donne naissance à un fils : Pierre.

Elle se retrouve veuve très peu de temps après cette naissance et ne se remariera jamais qualifiant même le mariage religieux « de tombeau de la confiance et de l’amour ».

Elle change son nom pour celui d’Olympes de Gouges et décide de s’installer à Paris avec son fils.

Elle y fréquente de nombreux salons et s’essaye à l’écriture.

Elle publie des manifestes et des pièces de théâtre qui témoignent d’une prodigieuse anticipation démocratique.

 

La pièce qui la rendit célèbre est « l’esclavage des noirs », Cette pièce audacieuse dans le contexte de la monarchie absolue à pour but d’attirer l’attention sur le sort des esclaves noirs des colonies et peut être considéré comme un plaidoyer pour leur libération.

En 1790 elle écrit, sur le même thème « le marché des noirs »

 

C’est a partir de la révolution qu’elle va monter à quel point elle est en avance sur son temps.

En 1788 elle publie deux brochures politiques dans lesquelles elle développe un programme de réformes sociales et sociétales : projet d’impôt patriotique, instauration du divorce (seul droit qui fût accordé aux femmes par la révolution), suppression du mariage religieux, reconnaissance des enfants hors mariage, système de protection maternelle et infantile(création de maternités),création d’ateliers nationaux pour les chômeurs et de foyers pour les mendiants, abolition de la peine de mort. 

 

En septembre 1791 elle rédige sa célèbre déclaration des droits de la femme dans laquelle elle affirme l’égalité des droits civils et politiques des deux sexes. Elle écrivait : « la femme a le droit de monter sur l’échafaud, elle doit avoir également celui de monter à la tribune ».

http://www.histoire-en-ligne.com/spip.php?article154

 

Au printemps  1793 elle dénonce la montée en puissance de la dictature montagnarde.

Le 6 aout 1993 elle est arrêtée et déférée devant le tribunal révolutionnaire qui l’inculpa.

Le 2 novembre 1793 après un procès sommaire elle est condamnée a mort.

le 3 novembre1793, elle monte sur l’échafaud avec courage et dignité pour y être guillotinée.

 

 

Commenter cet article